Nous sommes désolés, l’activité est reportée en raison des mauvaises conditions des routes !

Que penser de la baisse importante de la pratique religieuse au Québec et la désaffectation des églises?  Sans pour autant se réjouir de cet état de fait, le théologien François Nault n’y voit pas un motif de désespoir ou un appauvrissement. À ses yeux, nous assistons plutôt à l’effacement des dernières traces de chrétienté, pavant la voie à la redécouverte d’un christianisme plus authentique.  Celui-ci sera reconnu comme une forme de vie individuelle, avant d’être un ensemble de croyances ou de rites, une institution ou encore une morale.

C’est par ce biais que les chrétiens individualisés considèrent la voie de la simplicité volontaire comme une manière de vivre l’Évangile, parfaitement en phase avec l’enseignement et l’existence même de Jésus,  marquée par le détachement des biens de ce monde et le choix d’une vie simple vécue dans l’intensité du moment présent.

François Nault est professeur à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval. Le plus récent ouvrage qu’il a publié est L’Évangile de la paresse (Paris/Montréal, Éditions Médiaspaul, 2016).  Il a animé un cercle de discussion du GSVQ sur l’éloge de la paresse en avril 2017.

Date: 20 février 2018, à 19h15
Lieu: Centre Frédéric-Back, salle 324
870, av. Salaberry, Québec.

Activité gratuite.  Aucune réservation nécessaire.

En partenariat avec les AmiEs de la Terre de Québec 

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Print this page