Lecture du texte de Marc Chabot, bénévole à la librairie Nouvelle Chance : L’amour des livres

J’ai toujours été un client des librairies de Québec. Toutes les librairies. Celles qui vendent des
livres neufs et celles qui vendent des livres d’occasion. J’ai toujours rêvé d’une librairie qui serait
dans mon quartier. Je me disais : le jour où il y en aura une dans mon quartier, je vais lui faire attention. Ce qui signifie, la fréquenter et acheter. Une librairie a toujours besoin des clients réguliers. La librairie Toxiaide, ce fut son premier nom. Je n’aimais pas tellement et je crois que plusieurs
personnes s’imaginaient qu’il n’y avait là que des livres sur la toxicomanie. Ce n’était pas le cas. Il
y avait de tout. Peut-être même trop de tout. Avec parfois un classement approximatif. Puis, un
jour, on m’a demandé si je pouvais y faire un peu de bénévolat. Histoire de mieux classer, histoire
de sortir des grands débordements. Il y avait des arrivages trop nombreux. Des boîtes partout. J’y
allais avec plaisir. Je classais. Je tentais de mettre de l’ordre. Ce n’était pas un fouillis, cette librairie
n’était pas un bazarhttp://gsvq.org/2016/09/bulletin-simplement-votre-automne-2016/

Bulletin Simplement Vôtre -automne2016

Quelques détails de Jacques Delorme sur les bruits qu’Henry David  Thoreau pouvaient entendre de l’étang Walden près de sa cabane où il vécut avant de venir marcher sur la Côte-de-Beaupré en 1850. Annonce de la venue du comédien et historien personnifiant Thoreau à Walden, Richard Smith, viendra expliquer comment c’est d’entrer dans un tel personnage culte aux États-Unis d’Amérique, mais si méconnu ici au Québec.

Référence à une citation vue dans un film sur la santé mentale Des voix qui dérangent visionné le 14 septembre, dans le cadre de la Journée internationale des entendeurs de voix, dans lequel on cite Thoreau (http://www.larcencielportneuf.org/des-voix-qui-guerissent–regard-neuf-maladie-mentale-activite,6,95). En musique avec HK et les Saltimbanks Sur la même longueur d’onde…Pièce marquante à la CdP 21 Paris que l’on aimerait bien avoir comme groupe invité au Festival d’été de Québec en juillet prochain.

En deuxième partie, l’invité Luc Rabouin, directeur des stratégies et des communications à la Caisse d’économie solidaire Desjardins donnent la chance de parler de l’entreprise d’économie solidaire et circulaire: un modèle d’avenir Vélo Vert (http://www.levelovert.com/) et du Forum mondial de l’économie sociale faisant la promotion de projets novateurs avec Robert Lepage, Les Urbainculteurs, etc. On y aborde un atelier présenté au Forum mondial de l’économie sociale par le directeur général Marc Picard de la Caisse d’économie solidaire Desjardins montrant qu’ils sont actifs dans le soutien de l’économie sociale. M. Rabouin rappelle que la Caisse contribue à changer la société et à financer des paradis sociaux et non des paradis fiscaux. Mais après la pause HK et les Saltimbanmks sous la mélodie Y’pas de problème, Jean Cloutier partage avec l’invité qu’il a été témoin à la Commission parlementaire sur les paradis fiscaux le 15 septembre que Desjardins a des bureau dans un paradis fiscal, soit à la Cité de Londres…Il est demandé de passer le message au président de la Caisse Gérald Larose s’il peut influencer le Mouvement Desjardins à fermer leur succursale de Desjardins dans le paradis fiscal qu’est la City de Londres…à suivre!

 

 

Save

Save

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on Google+Print this page